Our Blog

Acte 3 / La réponse de l’AFIDOL

Le 28/04/2016 à 12:20, Christian PINATEL a écrit :
Monsieur,
je vous remercie pour vos remarques nombreuses et motivées.
Il semblerait cependant que nos motivations ne soient pas identiques. Si le point commun entre nos sujets est bien l’arbre, l’olivier, nous avons comme mission à l’AFIDOL de diffuser un message en vue de favoriser la production oléicole. En ce sens, il est possible que nous ne soyons pas toujours en accord avec les principes que vous défendez au travers de votre association.
Votre message contient un grand nombre de sujets dont il serait intéressant de discuter, mais je me limiterais à vous donner deux informations qui permettent, à elles seules, de justifier la plus grande partie du contenu de nos interventions.
1: La production de l’olivier est naturellement orientée vers la production de noyaux pour la perpétuation et la diffusion de l’espèce. Une taille insuffisante laisse à l’olivier la possibilité de faire un grand nombre d’olives, puis d’entrer dans un rythme d’alternance bisannuelle. Ceci est avantageux pour la production des noyaux, qui sont plus nombreux, et donc pour la perpétuation de l’espèce. Mais dans le cadre d’un arbre domestiqué, l’oléiculteur doit orienter la production vers ce qu’il utilise, c’est à dire la pulpe, que ce soit pour faire de l’huile ou des olives de table. En taillant l’olivier avec une intensité suffisante, l’olivier produit moins d’olives, mais avec une meilleure proportion pulpe/noyau, et met en œuvre des pousses pour l’année à venir, ce qui évite l’alternance. Au final, l’oléiculteur produit 50% d’huile en plus avec des oliviers bien taillés. Vous comprendrez donc facilement que c’est ce message-là que nous devons diffuser.
2: nous sommes convaincus que le premier problème phytosanitaire qui touche l’olivier dans nos régions est l’œil de paon, maladie fongique favorisée par le manque d’aération. La première mesure à prendre face à ce risque est une taille assez sévère permettant un rajeunissement du feuillage et une meilleure aération. Là aussi, vous comprendrez que nous devons pousser les oléiculteurs à tailler plus que ce qu’ils ne le font, selon nos observations.
Croyez bien que moi aussi je suis sensibilisé aux modes de taille respectueuses de l’architecture des arbres, j’ai d’ailleurs été le premier, en Corse dans les années 1980, à faire des démonstrations de taille avec du matériel de grimpe (étant moi-même moniteur de canyonisme) afin d’orienter les pratiques vers la taille dite « douce », la seule méthode utilisée à l’époque pour les arbres de 15 mètres étant la taille de rénovation, tout les 30 ans ou plus, et consistant, en gros, à ne laisser que des moignons de charpentières. Je suis convaincu que nous pouvons trouver comment accorder notre discours, peut-être en identifiant différentes configurations de l’olivier (de production, ornemental, forestier…)
Cordialement

Christian Pinatel
Directeur technique 
Ligne directe: 04 42 23 82 52

AFIDOL-CTO
Maison des Agriculteurs
22, avenue Henri Pontier
13626 Aix en Provence cedex 1
Tél : +33 (0)4 42 23 01 92
Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *