Our Blog

Le syndrome du « Silence Bruyant » / Lettre adressée à la mairie de Valbonne

4 eme lettre restée à ce jour sans réponse –

Comment ne pas voir le réel ou les conditions qui le fabrique ! Le syndrome du silence bruyant !!

Dans le cadre d’une mission élective, la grandeur d’un homme et d’une équipe se mesure à la capacité de percevoir les tendances qui caractérisent une époque – Le terme emprunté à la philosophie pour désigner l’ensemble des « états » qui déterminent un moment dans une période, se nomme « l’épistémé ». S’il s’agit de déterminer notre période au travers du kaléidoscope de la gestion de la nature dans le département des Alpes Maritimes, on peut s’étonner des contradictions qu’elle révèle. Du côté de l’institution et de la doxa dominante, on peut lire et écouter des intentions louables en accord avec les principes définis par la COP21et en concordance avec l’esprit du temps. Du côté du monde réel, on peut s’ébaubir par les pratiques qui célèbrent la destruction végétale (élagage nihiliste), l’empoisonnement de l’environnement (écobuage et produits toxiques) et le dénuement des solutions positivistes, qui, pourtant existent ailleurs.

Pourquoi ailleurs, c’est autrement ? Pourquoi d’autres communautés de communes mettent-elles en place un appareillage conceptuel utilisable dans le monde réel ? Pourquoi la gestion différenciée des espaces verts ne représente-t-elle pas une solution empirique fondée sur la raison et l’intelligence ? Pourquoi la « charte de l’arbre », destinée à anticiper une gestion construite sur la connaissance n’est-elle pas un processus imposé aux opérateurs ?

Pourquoi le gestionnaire abandonne-t-il à son opérateur une liberté d’action qui se traduit par un tropisme d’anéantissement végétal causé essentiellement par une constante ignorance des mécanismes complexes qui gouvernent les arbres ? Pourquoi le cercle vicieux de l’ignorance étouffe-t-il le cercle vertueux de la connaissance ? Combien d’arbres seront mutilés avant une réaction « administrative » incarnée par une lucidité toujours retardée, 50, 300, 500 arbres ? Certaines communes voisines font faire « n’importe quoi, à n’importe qui, n’importe quand »– Est-ce tolérable à défaut d’être observable ?

Pourquoi, trouve-t-on à Versailles, Roubaix, Lyon, Genève, Paris, Chambord des interlocuteurs avertis évoluant dans un environnement intellectuel homogène ? Pourquoi la CASA ne répond pas à la possibilité de prendre et dupliquer ce qui existe ailleurs ?

En espérant vivement que cette fois ci, vous comprendrez qu’il est urgent de considérer ces notions écologiques et savantes comme faisant parti du monde réel palpable et vivant.

Plaider l’ignorance est considéré comme étant une faute grave de la part d’une autorité administrative – Ne pas tenir compte de l’ensemble de ces observations ajoutent l’incompétence à l’ignorance –

Restant dans l’attente du plaisir de m’entretenir avec vous ou avec votre équipe sur ces sujets primordiaux,

Je vous adresse mes salutations courtoises.

Pierre Lacarrère (Secrétaire Général de SEQUOIA)

-- 
Pierre Lacarrère
+33 6 62 28 45 37
pierre@lacarrere.eu


Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *