Our Blog

Micoucouliers mutilés à l’école de Grasse :  » Les Jasmins »

A l’Attention de Madame la Principale,
Madame, img_0456
L’école représente un territoire géographique à l’intérieur du quel la connaissance et l’homme en devenir se rencontrent et s’apprivoisent.

C’est un espace qui bénéficie d’un statut singulier dans l’organisation juridique de notre société en décidant de respecter des valeurs inaliénables de notre république : liberté – égalité – fraternité.

Or, considérant que les idées n’existent que dans le réel dans lequel elles s’incarnent, nous manifestons notre curiosité lorsqu’il s’agit de constater les mutilations arboricoles réalisées, à l’instant où nous vous écrivons, sur deux micocouliers situés le long du grillage ouest de l’école.

La domestication de la nature ou l’intention de la dominer doivent-elles nécessairement se traduire par son tropisme destructeur ? 
Cette inutile et dévastatrice intervention d’élagage produit deux effets :
1. la mutilation arboricole s’impose dans les esprits comme étant une intervention normée conforme à un savoir commun

img_0454

Un des 2 micoucoulier de l’école

2. et il contredit la connaissance que nous possédons sur le fonctionnement des règles qui gouvernent le développement du végétal.

Que doivent penser les enfants et leur entourage parental sur le modèle arboricole déshonorant que l’école leur présente ?

Lorsque le candide regarde les arbres, est-il convaincu du bien fondé de l’intervention de taille ?
L’homme de la rue, le visiteur occasionnel ou le public en général, est-il en mesure de porter un regard enchanteur sur la nature ?

Que lui inspire le spectacle déshonorant d’un alignement d’arbres inutilement mutilés ?

Comment comprendre que cette dégradation arboricole constitue une incohérence à la culture scientifique et à notre engagement professionnel investi dans le souci de placer nos connaissances au service du respect de l’arbre ?
Nous nous interrogeons sur les raisons qui conduisent des opérateurs à effectuer des actes qui ne sont pas conformes avec les normes de l’arboriculture ornementale.  
Conscient des enjeux que représentent la connaissance de notre environnement, des causes qui la dégradent et des acteurs qui la préservent, nous sommes professionnellement et personnellement en phase avec ces problématiques.

Notre activité en qualité d’arboriste grimpeur et secrétaire général de l’association SEQUOIA (cercle de qualité) ne dissocient pas la connaissances des règles ontogéniques qui gouvernent le développement sain du végétal avec l’exercice de cette connaissance biologique sur le terrain.
L’arboriste grimpeur est un élagueur inscrit dans un processus constant d’acquisition de compétences, respectueux d’une charte de qualité destinée à préserver l’arbre dans notre environnement. Il lutte contre les mutilations arboricoles qui soulignent l’existence des idées reçues et des pensées magiques qui sont nombreuses et répandues.

Nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer afin de vous proposer de casser la spirale des malentendus, des croyances et des vulgates qui circulent sur  l’arbre. 
Nous possédons plusieurs supports médiatisés qui favorisent la diffusion de la connaissance pour un public néophyte.
Il nous semble important d’établir un contact afin de vous apporter des éléments d’informations issus de la culture scientifique qui viennent contredire la culture de la coutume célébrant ainsi la féroce morsure des idées reçues.
En espérant que vous serez sensible à la beauté de la nature, à son respect, à son insolite harmonie et à la transmission des connaissances qui la gouvernent, nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer afin que la volonté de connaitre submerge la culture du déshonneur.  
Restant dans l’attente du plaisir de nous rencontrer, nous vous adressons, Madame, l’expression de nos sentiments distingués.
Pierre Lacarrère (Secrétaire Général de SEQUOIA)
Marc Duplan (Président ANDA)

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *